Véhicules à faibles émissions : intérêts économique et environnemental

publié le 18 octobre 2018 (modifié le 12 février 2021)

L’UFC-Que Choisir publie, en octobre 2018, une étude comparative intitulée « Véhicules à faibles émissions : l’intérêt économique des consommateurs rejoint enfin l’intérêt environnemental ».

Constatant que l’information du consommateur au moment de l’achat de son véhicule demeurait partielle (et souvent liée aux seuls prix d’achat et du carburant), l’association propose une étude comparative sur le coût total de propriété de différents véhicules. Celui-ci intègre tous les coûts que doit supporter le consommateur au cours de l’utilisation de son véhicule : achat, carburant, assurance, crédit, entretien, dépréciation, péages…

Cette étude démontre que, malgré un coût d’achat plus important, les véhicules électriques et hybrides rechargeables sont devenus plus économiques, sur l’ensemble de la durée de possession, que les véhicules thermiques.

Si cette étude s’est attachée au secteur des véhicules particuliers, le même exercie a été réalisé par le CGDD en ce qui concerne les autobus et autocars. Il en ressort que les motorisations alternatives ont d’ores et déjà un intérêt socio-économique marqué pour les autobus en milieu urbain dense. Le bilan socio-éonomique des autocars est toutefois moins bon en milieu mixte, les motorisations électriques et GNV atteignant tout juste l’équilibre en 2025.

Pour en savoir plus :

(Article rédigé par DREAL Centre-Val de Loire le 18 octobre 2018)