Mobilité collaborative pour les courtes distances et les territoires peu denses

publié le 27 juillet 2016 (modifié le 13 janvier 2021)

Une nouvelle génération d’acteurs de la mobilité est apparue ces dernières années en tirant parti des dernières évolutions technologiques pour développer une « mobilité collaborative » et dynamique qui renouvelle l’utilisation de la voiture partagée (autopartage, covoiturage…).

La complémentarité de ces modes de déplacements avec les transports collectifs sur les courtes distances est de plus en plus reconnue. Les bénéfices sont plus importants, mais se heurtent à certaines difficultés inhérentes à ces nouveaux modes encore peu développés : besoin d’un grand nombre d’utilisateurs dans un secteur restreint.

Jusqu’à présent, les pouvoirs publics ont peu intégré ces nouveaux acteurs dans leur politique de mobilité. C’est la raison pour laquelle l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI) a identifié six grands axes pour le développement d’une mobilité collaborative adaptée aux besoins. L’IDDRI propose une stratégie publique dans ce domaine détaillée dans son rapport : Les nouveaux acteurs de la mobilité collaborative : des promesses aux enjeux pour les pouvoirs publics.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de l’IDDRI.