Bilan économique 2020 – Insee Centre-Val de Loire : Une année 2020 percutée par la crise sanitaire mondiale

publié le 8 juillet 2021

L’économie du Centre-Val de Loire, après une année 2019 de reprise, est ébranlée par des fluctuations économiques mondiales d’une ampleur inédite.

L’année 2020, marquée par des fluctuations économiques d’une ampleur inédite, enregistre un recul sans précédent du PIB français. Ce contexte ébranle l’économie du Centre-Val de Loire, après une année 2019 de reprise. La mise en place d’un large dispositif d’aides aux entreprises, dont l’activité partielle, permet de préserver en partie l’emploi. Cependant, la région perd 12 000 salariés en un an. Seul secteur à résister, la construction voit ses effectifs augmenter. Le nombre de déclarations préalables à l’embauche hors intérim recule nettement mais le basculement de la population vers l’inactivité, lors de chaque confinement, engendre une baisse du taux de chômage régional en « trompe-l’œil », pour atteindre 7,1 % fin 2020.

Les échanges commerciaux entre la région et le reste du monde se contractent très fortement, la crise mondiale affectant profondément les économies de tous les pays. Néanmoins, le nombre d’entreprises créées atteint son plus haut niveau historique et les défaillances poursuivent leur diminution provisoirement, témoignant de l’efficacité des mesures de soutien mises en place dès mars 2020. L’attribution massive par les banques des Prêts Garantis par l’État a notamment permis d’apporter aux entreprises la trésorerie nécessaire pour faire face à la chute brutale de leur chiffre d’affaires.

Secteur d’activité au service de tous les autres, le transport a également souffert. Toutes ses composantes ont ainsi subi des baisses plus ou moins marquées, tant pour le transport des biens que pour celui des personnes, qu’il soit collectif ou individuel. Seules les pratiques cyclistes ont bénéficié de la situation, mais seulement après le premier confinement.

Les fermetures temporaires d’établissements et les restrictions de circulation font lourdement chuter les séjours des touristes et de la clientèle d’affaire, même si la région reste relativement épargnée par rapport aux autres.
La crise modifie les circuits de commercialisation dans le secteur de l’agriculture, limite la concurrence étrangère avec, de fait, la mise en avant de l’origine France. En revanche, nombre de débouchés se referment, en particulier pour la viticulture.
La qualité de l’air bénéficie du fort ralentissement de l’économie. Parallèlement, la part des véhicules électriques immatriculés progresse et les ventes de voitures particulières au diesel, considéré comme davantage polluant, poursuivent leur repli.

Pour en savoir plus :

  • consulter le bilan économique → Lien ;
  • consulter le chapitre sur les transports → Lien.
(Article rédigé par INSEE Centre-Val de Loire le 8 juillet 2021)